Tuesday, November 08, 2005

La tentative de la Sagesse

J'ai depuis une quinzaine d'années une amie fidèle sur qui j'ai toujours pu compter de façon simple et sans faille.
Nous avons fait un bout de chemin ensemble et notre amitié est indéfectible.
Je suis heureuse aujourd'hui de savoir qu'elle est heureuse et que grâce à moi elle file le parfait amour avec son chéri, que je lui ai fait rencontrer il y a cinq ans de cela (elle m'en veut encore, héhéhéhé !!!)
Bref, j'ai toujours parlé avec elle de mes relations, elle en connait tout et surtout, connait mon parcours sentimental en tous points.
Je parlais avec elle hier de ma relation avec mon amoureux et lui demandais si c'était normal que je n'aie pas ces paillettes.
Je lui expliquais qu'à défaut de cela j'avais un homme qui m'aimait, qui était gentil avec moi, qui prenait soin de moi et qui me protégeait.qu'avec lui, au lit, c'était le huitième ciel.
Elle le connait depuis le début aussi et sait que j'ai eu quelques difficultés avec lui. Etje me rends compte un an après, quasiment, de tous les changements qu'il a opérés pour moi. Elle a mis en exergue tout cela. Et j'avoue que cela m'a sauté aux yeux. C'est clair qu'il a des paillettes avec moi, différentes de celle que j'avais avant.
J'ai une relation paisible, saine, avec un homme qui ne me ment pas. Il est honnete en tous points. Cette passion que je cherche, je l'ai, au lit, tous les jours, dans le regard de cet homme qui change, tellement, pour moi...

Wednesday, November 02, 2005

Être très à droite ou Tolérance zéro envers les hypocrites.




Je suis d'une génération pour qui la politique n'a pris son sens que tardivement.
Au lycée, je n'en n'avais rien à faire, ne sachant ce qu'était la gauche, la droite ou même le communisme. La politique ne m'a jamais interessée. Je ne savais pas qualifier un raciste, un marxiste ou quoi que ce soit de cet acabit.
J'ai grandi, avec mon lot d'experiences professionnelles et surtout humaines.
J'ai appris à me rendre compte que certaines idées se détachaient et correspondaient plus à ma vision des choses. Je ne savais toujours pas qualifier mes opinions.
Puis j'ai vécu dans des grandes villes, puis j'ai commencé à subir quotidiennement ces agressions. Toujours d'une même catégorie de personnes. Elles sont devenues quotidiennes. Aujourd'hui, il ne se passe pas UN jour sans que je me fasse insulter, voire vilipender.
Oui, je vote à droite, oui, je suis fachiste mais ce n'est pas nouveau, ce n'est pas sorti du chapeau d'un lapin.
Quotidiennement, il m'arrive des ennuis, que je sois habillée en jean basket ou en jupette. Ce sont des hommes ET des femmes qui m'agressent. Des arabes, des marocains, des africains. Jamais des européens.
Oui, tous les jours dans ma rue mon voisin d'en face me passe à dix centimètres avec son scooter.
Hier, j'étais au téléphone avec mon compagnon et je me suis fait choper mes cheveux par trois arabes, qui bien sur m'ont traitée de sale pute et de tout ce qui s'en suit. Je pourrais en raconter DES DIZAINES comme çà.
Quand je travaillais au contact du public, quotidiennement je me faisais ennuyer. Toujours les mêmes insultes.
Mais bien sur, on a le droit d'être à gauche sans choquer, mais être à droite ennuie. Désolée les amis. Ce sont mes amis.
Je suis contre le droit de vote des immigrés. Je suis pour des villes sures, bourrées de CRS. je suis pour les Radars. Je suis pour les contrôles accrus. Je suis contre l'immigration. Et qu'on arrête d'être hypocrite.
Il est intolérable de nos jours de ne pouvoir aller dans certains endroits sans se faire caillasser la tête. Il est impensable que les forces publiques ne puissent exercer leur métier sans risquer d'être tué. Je ne veux pas de la Turquie dans l'Europe. Ils ne sont pas européens, ne le seront jamais. Je suis contre le voile à l'école. Je suis contre ces étrangers qui vivent en France en ne respectant pas MON pays. En osant s'insurger contre ceux qui leur demandent de parler un français convenable. Vous venez en France ? Soyez français sinon rentrez chez vous. J'en ai assez tout simplement. L'autre jour j'étais à l'Hopital et la salle d'attente était pleine à craquer. Les secrétaires se faisaient insulter toujours par ces femmes qui pensent que tout leur est du et qui ralaient car elles devaient payer la part complémentaire... Quand je pense à mes parents qui toute leur vie se sont battus et ont trimé comme des fous pour qu'au bout du compte, quand ils ont sombré on ne les aide pas... Parce qu'il étaient français. Comme quand j'étais étudiante et que j'avais deux boulots pour payer mes études et qu'on me refusait un logement social alors qu'à d'autres, on le donnait. On sait bien à qui.

CBR, je te dédie ce message. C'est intolérable d'avoir agi comme tu l'as fait. Tu me reproches d'être avec quelqu'un d'intolérant ? Et qu'il m'a "transformée" ? Mais arrête, ouvre les yeux, j'étais DEJA comme çà avant. Ces hommes et ces femmes prennent des femmes pour des putes et j'en subis chaque jour les conséquences.
Mais à mon tour de te dire que tu es intolérante : n'a t'on pas le droit d'avoir ses propres idées politiques ? Même si elles divergent de notre cercle d'amis ? Je suis scandalisée que quelqu'un comme toi puisse faire preuve d'autant de sectarisme. Pour la petite info, lors de sa première inter en région parisienne, mon facho de compagnon s'est fait caillasser la tête à coup de boules de pétanque, par des arabes. Comme d'habitude. Elle est belle ta tolérance. Tu aurais du être franche avec moi et ne pas faire ce que tu as fait. Il est beau le coup du blog. Il est sublime.
Je ne reprendrais pas tes "détails" point par point et ne m'abaisserais à faire ce que tu m'as fait.
Ne m'adresse plus jamais la parole. C'est tout simple, clair et net.

Monday, October 17, 2005

La cartouche de la chambre des mariés... C'est mal !

Ce week-end ma moitié était là.
On a encore fait l'amour comme des fous. Me faire empoigner les cheveux me manquait... Ca fait du bien !

Mmmm... Vendredi soir... Une cartouche à son arrivée... Avec toute la violence (mais là on se comprend !!! Violence dans l'acte sexuel pas sur nos corps)...De ces cartouches qui vous tombent dessus, à vous faire jouir rien qu'à être touchée. Des mots crus. Des gestes clairs, nets et précis. Sa main partout sur mon corps, partout dans mon corps. Sa langue infatiguable. Et lui en moi, que c'était bon... Et son langage qui me fait décoller. Et ma peau qui reçoit ces petites féssées que j'aime tant... Il vient devant, il vient derrière...Et sa main qui tire mes cheveux. Plutonisation ...Et je pars dans les pommes... Et je réveille en pleurant comme une enfant. Comme très souvent.

Samedi matin. Je le réveille en le prenant dans ma bouche. Sa main vient rapidement sur ma tête. Il vient entre mes jambes avec sa langue. Il vient en moi en me serrant fort. Comme j'aime. En me regardant DROIT dans les yeux. Je suis venue. J'ai pleuré.

Nous avons fait l'amour dans la chambre des mariés. Ca, c'est trop bon et assez fantasmatique. Nous nous sommes esquivés durant la soirée et sommes montés... J'étais en mini jupe et bottes. Sans rien en dessous bien sur. Il a bien fallu que je la teste, cette tenue. Il m'a prise debout, accoudée sur la table d'écolier de la table. Puis moi agenouillée devant lui, la jupe relevée. Puis lui de nouveau en moi. Avec ce besoin de ne pas faire de bruit. Nous avons joui TRES violemment lui et moi... Que c'était bon. Nous nous sommes rhabillés après une toilette dans la chambre des mariés... Et sommes redescendus, avec cette impression que tout le monde voyait tout. Miam miam miam !!!!

Et Dimanche matin. Il m'a léchée. Je l'ai léché.... Et je l'ai gardé dans ma bouche, les yeux dans les yeux. Il a joui terriblement fort. Et a voulu me faire jouir avec sa langue, ne pas me laisser en rade.... Il a reussi... J'ai décollé d'une force incroyable...

Et il est parti, dimanche soir... Nous n'avons pas refait l'amour mais avons eu ce moment que j'aime tant... Une demi-heure avant de partir, on s'est allongés dans le lit, au calme, et il est venu dans mes bras... J'ai cette faculté de l'endormir avec mes caresses... Je l'ai eu à moi toute seule trente minutes, son souffle dans mon cou... Et mes mains sur cette peau qui me fait défaillir...C'est comme çà que je recharge les accus pour ces longues périodes sans lui. Nous nous sommes quittés sur ce moment simple. Que c'est doux...

Wednesday, October 12, 2005

Lettre à ma moitié

Nous sommes mercredi et je prends de nouveau ma plume pour t'écrire. Je tremble pas mal et j'espère que tu sauras me lire.
Mon Vincent, après ces quesi deux mois loin de toi, un constat s'impose. Je ne vais pas bien. Ca, tu le sais. Mais je me dois de te dire certaines vérités qui sont au fond de moi pour pouvoir éventuellement continuer sereinement. Tu as sans doute l'impression que tout va bien entre nous, en tous les cas je suis sure que pour toi la partie affective va bien. Mais si tu dis çà mon chaton,c'est que tu as les yeux embués. Ne vas pas croire que ce qui va suivre est du à ton éloignement, ce serait faux, car ces choses, que je t'ai déjà dites pour la plupart, ne sont pas liées à ta distance. Tu as cru bon de les ignorer à chaque fois que je t'en ai parlé, ce qui fatalement incrémente leur importance. Je te le redis, tu as fais beucoup d'efforts les dernières fois ou nous nous sommes vus, et de cela je te remercie. Pourtant, ces choses ignorées sont toujours là et lorsque je te dis quelque chose, il faut absolument non seulement m'écouter mais aussi m'entendre... Je te jette tout çà sur le papier sans ordre particulier, tout vient comme çà...Peut-être d'ici à la fin de la semaine d'autres choses viendront se greffer.
Toutes ces choses me tourmentent, m'inquiètent et jusqu'à présent, ces réponses simples que j'espérais ne sont pas venues. J'en ai besoin pour continuer sereinement avec toi, sinon cela sera une spirale sans fin...
La première chose qui me vient à l'esprit est Meetic. Bien sur. Je n'ai jamais accepté depuis le début que tu continues d'y aller. Quel manque de respect envers moi. C'est comme si tu gardais ton vivier sous le bras au cas où nous ne serions plus ensemble. Une connaissance a vu ta fiche sur Meetic. Elle était choquée. Il y a de quoi non ? Ne serais tu pas choqué si tu voyais la fiche d'Alex sur Meetic, avec une petite annonce du genre "Cherche charmant jeune homme qui saurait me tenir compagnie ?" Si tu le serais. Ne m'avance pas ton argument financier (j'ai payé pour ce membership, je le garde...), c'est tellement nul ! Vincent, c'est un site de RENCONTRES et tu continues d'y aller !!! C'est tellement humiliant...L'autre jour, je surfais sur le net quand il y a euu une pub pour Meetic : il y avait la photo de deux très très jolies jeunes filles, blondes bien sur, avec des beaux yeux bleus et un sourire comme tu les aimes. Et je me suis mise à chialer. Parce que je savais que tu les aurais cliquées, ces miss, pour aller voir leur fameuse fiche. Ca m'a rendue folle, ca m'a tourné le ventre. Tu t'es rendu coupable de sortir avec moi alors que j'étais l'opposé de ce que tu aimais. Je digresse donc pour en venir à çà. Je sais, nous en avons déjà parlé, mais c'est ainsi. Tu es fait de telle manière que tu ne dois pas sortir avec une fille qui ne te plait pas. Car à faire cela, tu vas fatalement continuer de te dire que ce n'est pas ce que tu veux... Je ne suis pas blonde, je ne suis pas mince, je n'ai pas un sourire ultra brite, je n'ai pas les yeux bleus. Une fois, à cela, tu m'as répondu "De toutes façons, ce genre de fille, je ne pourrais jamais l'avoir". Sympa. Cela veut PUREMENT et simplement dire que je suis suffisamment moche pour que tu m'aies. Pourquoi crois-tu que je suis convaincue que tu iras voir ailleurs ? Parce que tu ne prends pas ton pied visuel avec moi. Le pire est que tu n'apprends meme pas à me trouver jolie, à aimer mon corps.Et plus le temps passe, plus le maigre filtre du début de relation qu'il pouvait y avoir va disparaitre : je ne suis pas mince, loin de la, je ne suis pas ces poupées que tu aimes tant, ces poupées menues sur lesquelles tu baves. Je plais à tant d'hommes (et à tant de femmes) mais pas à toi...
Je t'ai demandé le week-end derniersi ton désir s'était affadi à cause de moi. Tu m'as répondu non. Tout comme tu me réponds que quand tu arriveras Vendredi soir tu seras sans doute trop crevé pour avoir envie de moi... Ca fait trop mal d'entendre çà de la part de quelqu'un qui n'a cesse de dire que "cinq ans après, c'était toujours aussi bien avec mon ex, je la déboitais toujours autant". On ne se voit pas pendant quinze jours... et tu ne brules pas de désir pour moi. Shocking. Si je ne t'attire plus au point de ne pas me désirer quand je ne suis pas là, que cela sera t'il quand nous serons de nouveau plus souvent ensemble ?
Je vais aussi te reparler du Macumba, de ces fameux costumes et bien sur des pompiers. De tout cela, idem, tu en faisais profiter ton ex. Super. Une fois de plus, je ne suis pas assez bien pour avoir cette partie là de toi. Ne me réponds pas que nous n'avons pas eu l'occasion. Une occasion, cela se crée. Avec ou sans raison. Pour nos six mois par exemple, pour lesquels j'avais eu une attention pour toi, pour lesquels je m'étais habillée comme tu aimais, avec les cheveux comme tu aimes et tout le reste. Ou alors sans raison aucune, un soir simplement, un "ce soir on fait çà, habille toi". Tu considères sans doute que ta seule présence suffit. Vois-tu, je me bats pour te plaire. Pas toi.
C'est comme ces attentions matérielles dont tu dis que tu ne sais pas faire. Et bien moi cela me choque. Cela fera bientot un an toi et moi. Je ne connais pas un couple dans lequel ces attentions n'existent pas. Tu sais, celles-là meme qui nous font nous dire que l'autre pense à nous. Il n'y aurait pas eu mon anniversaire, je sais que tu n'aurais pas pris la peine de de te démener à me faire plaisir "matériellement". Ne me rétorque pas que tu ne veux pas faire les choses en petit, car là, petit, ca l'est. Cette phrase à propos de ton ex me reste en travers de la gorge. "Je suis sortie avec elle, elle ne portait que ces horribles culottes. Une semaine après, je lui offrais un ensemble string/SG...Quinze jours après elle ne portait plus que des strings.".Je sais, c'est un exemple petit. Mais révélateur. Tu vois que tu sais faire. Je ne suscite pas d'envie de me démener chez toi. Pas d'envie, pas de folie, pas de passion.

Tu es doux avec moi, patient, calme et gentil. Le sexe avec toi est plus que parfait. Mais tu n'es pas fou de moi, tandis que moi, oui. Tu vis cette relation comme quelque chose de normal alors que l'amour et la passion se doivent d'être surnaturels et d'exalter comme jamais. On ne peut savourer la quiétude d'un quotidien que lorsqu'il survient après un vent de folie. Les contrastes Vincent, ce sont eux qui mettent en exergue la beauté d'une relation...

L'ultime rêve immonde

Il est 3 heures du matin et je suis réveillée. Je viens de sortir d'un rêve. Pour une fois, il ne s'agait pas "théoriquement" d'un cauchemar : pas de violences, pas de petites filles décanillées à la bate de base ball... Mais dans ma pratique, il s'en agissait d'un, pourtant.
Je viens de rêver que je faisais l'amour avec mes parents et que cela me paraissait tout à fait normal. D'un côté ma mère, de l'autre mon père. Et tout semblait usuel.
Mes parents sont normaux et j'ai toujours eu des rapports plus que normaux avec eux ! C'est quoi cette connerie. D'ordinaire j'arrive à comprendre mes rêves... Mais là je suis perdue, j'avoue.

Monday, October 10, 2005

Le pouvoir d'Elles

Elles, ce sont les larmes.
Je me suis rendue compte aujourd'hui que moi qui n'avais jamais pleuré de ma vie, depuis quelques temps, je pleurais tout le temps, pour un rien, pour un oui, pour un non.
Ces larmes seraient elles le reflet d'un conflit intérieur que je ne connais pas moi meme ?
J'ai souvent mal sans savoir pourquoi.
Un rien me fait monter ces larmes violentes et radicales.
Je pleure et contrairement à auparavant, je me laisse pleurer.
Que m'arrive-t'il ?

Sunday, October 09, 2005

Phone Sex




Il a su me faire jouir au téléphone cet après-midi.
C'était fort, c'était bon, c'était...tellement lui !
Il a joui aussi, et de l'entendre, que c'est bon...
Etre loin de lui pendant quinze jours me désexualise.
Mais là, j'avoue, woaw, c'était Pluton !!!
Mes copains de plastique étaient là et pour un peu je croyais mon chéri à côté de moi. (Pis devant, pis derrière, pis partout, woooouw)
Me sens revigorée, moi. Il est très doué pour me faire envie et m'exciter.
MIAM (Encore ...!)

Saturday, October 08, 2005

Envie de Q !!!




J'ai envie d'avoir envie de Q !!!
A force d'être éloignée de ma moitié, survient après le manque féroce la non-envie totale ...
Ca m'enerve !
J'ai envie d'avoir envie de Q, de sexe, de langue, de léchage, de pénétration, de ****** sur mon visage, sur ma bouche, de son sexe dans ma bouche, de sodomie, de sa main sur moi, en moi, de lui en moi, partout !
Hellllllllllllllllllllllllllp !!!!
Je suis S.E.D.C... (Sans envie de Cul )

Snif !!!

Les hommes de ma vie... Pas beaucoup !





Bein je me dis que comparée à plein d'autres jeunes filles...ou femmes, j'ai été bien peu lotie en hommes. J'étais très vilaine avant, c'est peut etre pour çà ?
Une p'tite liste, pour voir.

Sébastien. Un an avec lui. Une ordure finie. Est parti du jour au lendemain. A disparu.(Reste à mes yeux le musicien le plus talentueux, intuitif, doué que la Terre ait porté.) (Nb: j'ai eu ma revanche il y a deux mois. Je l'ai retrouvé. J'étais plus belle que jamais. Il était dégouté) M'a plaquée.

Hugues. Directeur de la plus grosse marque de parfumerie de France. Quelques mois. Trop "riche" et trop imbu de lui meme. Radin, et égoïste. M'a plaquée.

Ludovic. Un libraire. Impuissant. Avec un mini sexe. Très spécial. Voire glauque. Plusieurs mois. M'a trompée avec une femme, sa responsable, de 20 ans mon ainée. M'a plaquée.

Karim. Directeur de l'information sur une grande chaine de radio. Etait, et j'étais trop naïve à l'époque pour le voir, un dominateur inavoué, fétichiste et un peu tordu. Un bon coup. Quelques mois. M'a plaquée.

Pierre. Un marin. P'tite bite. Trop simplet. Rien dans le crâne. M'a plaquée.

Fred. Un musicien. Gentil, avenant. Bof au lit (décidément !). Quasi une année. M'a plaquée.

Pépé le Putois. Un salopard fini. Un ignoble coup au lit. Meme pas nomable.

Ma douce Hérésie. CBR. Une femme. (Love). Une histoire sublime, douce. Une aventure sexuelle unique. Je dis "MIAM"

Nathan. Longue histoire. Une folie sans doute. Un excellent souvenir sexuelle. L'histoire vaudevillesque de ma vie. Intense, nouveau. Un tournant dans ma sexualité.

X. Mon ex-mari. Un être sublime. Une pierre dans ma vie. Je l'ai quitté.

V1. Une transition en quelque sorte. Un salopard fini. (encore !)

Z.Mon compagnon actuel. Mais çà, on le sait déjà. Ma révélation sexuelle. Je l'aime.

Bein voilà, je crois que j'ai fait le tour :)